Le magazine gratuit de la salle d’attente
Bimestriel - 52 pages
Format 200 x 260 mm

Diffusion : 300 000 exemplaires
dans les cabinets médicaux
et les lieux de santé








Plan du site
Mentions légales
Ce mois-ci

numéro > 47

bien_sur_sante_information_magazine
re
bien_sur_sante_information_magazine

mots clé : Dyslexie, dysorthographie, dyspraxie, dysphasie, enfant, école, autisme, troubles des acquisitions

Dyslexie, dysorthographie, dyscalculie…

Dys à la douzaine

Dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysphasie, dyspraxie … Lorsqu’on additionne les dys, on cumule aussi les difficultés. Et pas seulement à l’âge scolaire car les troubles du langage et des apprentissages continuent souvent d’affecter les adultes.

Les experts les définissent comme des « troubles spécifiques du langage et des apprentissages ». Mais, les familles et tous ceux qui en souffrent n’ont pas de mots assez forts pour décrire à quel point ces difficultés peuvent leur gâcher la vie dans une société si peu tolérante vis-à-vis du handicap, quel qu’il soit.

Il semble exister tant de « dys » qu’on se demande pourquoi il est question de « troubles spécifiques » et pas globalement d’une « maladie des dys ». Regroupement qui serait commode sans doute, mais totalement irréaliste car chacun de ces troubles touche un secteur isolé du fonctionnement mental, les autres secteurs étant intacts.

Tout aussi pratique – et irréaliste - serait l’évocation a priori d’une cause liée à une déficience intellectuelle, un problème psycho-pathologique, un handicap sensoriel, voire un quelconque isolement social ou culturel. On peut évidemment être dys et intelligent, dys et sain d’esprit, dys et socialement, culturellement bien entouré, mais… dys quand même !

Une journée pour y penser… toute l’année pour l’oublier ?

Pour parler des dys, il faut donc parler de chaque dys… C’est sans doute la raison pour laquelle des fédérations d’associations ont organisé au mois d’octobre - et pour la troisième année consécutivement - la « journée nationale des dys ». Une bien courte journée au regard du long calvaire vécu par des centaines de milliers de familles avant d’obtenir un diagnostic approprié : trop d’a priori, trop d’idées fausses qui persistent et empêchent une prise en charge précoce.

/>
/>